RVB (ou RGB en anglais)

Le rouge (R), le vert (V) et le bleu (B) sont les couleurs de base de lumière. La combinaison de ces lumières (procédé de synthèse additive) permet d’obtenir une couleur x dans un espace colorimétrique déterminé (adobe 1998, sRGB, …). Le domaine du vidéo (télé, cinéma, moniteurs, projecteurs, etc.) utilise ce procédé pour généré les couleurs des images projetées.

Les trois couleurs primaires ont comme valeur minimale 0 (zéro) et maximale 255.
Zéro = lumière éteinte, absence de couleur, lorsque les 3 couleurs primaires ont cette valeur : c’est le noir.
255 = lumière au maximum, lorsque les 3 couleurs primaires ont cette valeur : c’est le blanc.

On peut aussi traduire les valeurs RVB en système hexadécimal (ex: #5ba0bd) pour écrite en code plus compacte. Cette base de numération est pratique pour les notamment pour développeurs web et ingénieurs.

RVB et CMJN

CMJN (ou CMYK en anglais)

Les encres cyan (C), le magenta (M), le jaune (J) et le noir (N) sont les couleurs de base de l’impression en quadrichromie. La combinaison des encres (procédé de synthèse soustractive) permet d’obtenir une couleur x dans un espace colorimétrique déterminé (Euroscale, SWOP, …). La synthèse soustractive, à l’inverse de la synthèse additive, permet de percevoir la couleur par l’absorption de la lumière par le pigment de l’encre.

Les quatre couleurs primaires ont comme valeur minimale 0% et maximale 100%.
0% = aucune encre, aucun point d’impression.
100% = encre au maximum.

Il faut faire attention à la couverture d’encre maximale (ink limit) en fonction du type d’encre et du papier à employer pour éviter le maculage (défaut d’impression) ou la bavure de l’encre. Pour une optimisation des couleurs, certains imprimeurs peuvent exiger l’inclusion de leur propre table de couleurs (espace colorimétrique) dans les(s) fichier(s) à leur transmettre.