L’impression numérique et offset requièrent les pratiquement les mêmes techniques pour la confection de documents électroniques. Cependant, les procédés d’impression étant différents, de même que l’infographie prépresse (technique d’imposition, traitement des fichiers, gestion des couleurs…), il faut jeter un regard pointu sur certains aspects du document imprimé, afin de valider la conformité du travail rendu par l’imprimeur. Contrairement à la croyance populaire, il n’est pas si simple d’imprimer un document et certains aspects techniques peuvent parfois leur échapper imprimeurs. À cet effet, cette présente liste pourra vous aider à valider la conformité ou non de votre projet imprimé.

L’état des polices de caractères (fontes)

Le format PDF est une format de fichier universel développé par Adobe afin de conserver la mise en page peu importe l’application et plate-forme d’origine et c’est pourquoi, les imprimeurs apprécient avoir ce type de fichier. Néanmoins, le PDF imprimé peut être différent de ce qui est présenté à l’écran. C’est le cas notamment des polices de caractères qui sont incluses partiellement. À l’impression numérique ou lors de l’imposition un autre type de police peut la remplacer et rendre le produit imprimé non conforme (ex.: symboles qui remplacent les accents, ajout de pages, style de police différents…).

Le respect des couleurs CMJN et constance

Toute les presses peuvent se désajuster en cours de production ou pourraient ne pas avoir été calibrées adéquatement avant la production. Il faut vérifier l’état des couleurs à l’aide d’une charte de couleurs CMJN ou vérifier comparer la production à l’épreuve imprimée soumise par l’imprimeur. Les couleurs peuvent varier même entre deux presses numériques de même modèle, ainsi pour avoir plus de justesse il est préférable de demander une production sur une seule presse numérique.

Une couleur constante sur une large zone imprimée est difficile à obtenir, que ce soit en offset ou en numérique. Pour optimiser les chances de constance de couleur il est préférable de demander à l’avance à l’imprimeur offset de placer ces feuilles (si possible) au centre de l’imposition. Du côté numérique, il faut que l’imprimeur vérifie l’état des «corona wire / corotron» avant l’impression.

Le respect des couleurs PMS traduites en CMJN

Pour valider une couleur imprimée PMS en CMJN, il faut la comparer à une charte de couleurs PMS ayant l’équivalence CMJN. La presse numérique imprimera la couleur PMS en CMJN, selon une table de couleur établie par le fabriquant. Cependant, certains serveurs de presses numériques peuvent avoir une table PMS ajustables manuellement qui prévaut à la table par défaut du fabriquant. Cette intervention manuelle ponctuelle, mais toujours présente dans le serveur, pourrait être en conflit avec la couleur que vous souhaitez avoir. Mieux vaut concevoir un document absent de PMS pour éviter tout conflit possible.

 

Effets de transparence

Les effets de transparence de couleurs PMS sont très souvent mal interprétés par les serveurs des imprimeurs. Pour palier au problème, il faut traduire la couleur PMS en CMJN avant d’envoyer le document à l’imprimeur. Par ailleurs, Illustrator lance une alerte dans une fenêtre lors de la sauvegarde du fichier problématique pour avertir du danger.

Illustrator alert

Registre des couleurs

Autant l’impression numérique, que l’impression offset, peut avoir des difficultés à bien superposer les couleurs. Ce phénomène se produit lorsque les lasers sont désalignés et cela a pour effet de décaler une ou plusieurs couleurs CMJN très légèrement. À titre d’exemple, au pourtour d’un texte qui devrait être normalement blanc, une ou des couleurs s’y immiscent. À l’inverse, pour un texte composé en CMJN, une ou des couleurs pourraient déborder de la forme.

Color process overlapping

Fibre du papier ou grain du papier

La fibre de la pâte du papier est le sens où la résistance du papier est moindre. Ainsi, pour une qualité optimale d’une production imprimée, le sens du grain du papier ou du carton utilisé pour la production doit être tenu en compte par l’imprimeur pour avoir un pliage optimal, mais aussi pour éviter d’avoir une carte d’affaire trop souple ou des pages qui se plient plus difficilement.

Comment vérifier le grain? Voici quelques indices :

  • La résistance est moindre dans le sens de la fibre, vous pourrez possiblement le constater en pliant très légèrement une feuille dans les sens horizontal et vertical;
  • Le papier se déchire plus facilement dans le sens du grain et la déchirure est plus rectiligne que le sens opposé au grain;
  • Un pli effectué dans le sens contraire au grain est plus erratique. C’est-à-dire, que le pli déchirera le fini de la feuille, aura pour effet de casser l’encre et laisser entrevoir le blanc du papier.
  • Sur l’emballage d’un paquet de feuilles, le chiffre souligné indique le sens du papier, ex.: 5x11 ou 8.5x11;

Registre entre le recto et le verso

Pour vérifier le registre entre 2 faces (recto / verso) vous devez avoir un ou des points de repères imprimés sur les 2 faces et regarder en transparence la feuille imprimée. Vos repères doivent avoir la même position. En impression numérique il peut y avoir un décalage causé par les marges de l’imprimante. Cependant, ce petit inconvénient est facilement contourné en décalant les pages impaires des pages paires via le serveur d’impression ou via un programme d’imposition. Tandis qu’en impression offset, l’erreur de registre serait située au niveau de l’imposition et cette erreur est coûteuse pour l’imprimeur qui doit refaire les plaques de presse.

Respect du chevauchement des couleurs (trapping)

En imprimerie offset, la plupart des imprimeurs ont maintenant des serveurs qui gèrent le chevauchement des couleurs pour palier au problème des espaces blancs entre les couleurs causés par la distorsion mécanique et/ou par l’humidité du papier. Je vous recommande fortement de vérifier auprès de votre imprimeur si leur système est équipé de telles fonctions. Toutefois, il est possible de gérer «manuellement» le chevauchement des couleurs par Illustrator, InDesign et QuarkXpress. À cet effet, lorsque l’imprimeur envoi une épreuve électronique, il faut vérifier que le chevauchement désiré soit respecté via Acrobat Pro.

Pixelisation des images

Un fichier ayant des images à une résolution native de 300ppi (dpi) à 100% de la grandeur finale a une qualité idéale pour tout type d’impression. Un document conçu de cette façon ne devrait pas laisser entrevoir de pixels visibles définissant les images (tel une petite mosaïque) et les fontes devraient avoir des courbes lisses. Néanmoins, une erreur peut survenir au niveau de la préparation du fichier en prépresse, de sorte que ce qui est imprimé n’est pas votre fichier en haute résolution mais une version altérée de celui-ci. Voici quelques exemples d’erreurs qui peuvent survenir :

  • Impression à partir d’Acrobat avec des paramètres de basse qualité «Print as image». Acrobat garde en mémoire les paramètres du dernier usager ;
  • Pour les besoins d’imposition, une exportation PDF incluant une compression d’images JPG, de votre fichier en PDF alors qu’il contient déjà des images compressées JPG;
  • Imposition avec des liens manquants, une basse résolution est imprimée au lieu du fichier en haute résolution

Point noirs

Par manque d’humidité dans l’environnement des presses numériques, il peut y avoir des points noirs sur la couleur imprimée et autour de ceux-ci un halo blanc. L’imprimeur doit augmenter l’humidité dans l’environnement.

Lignes incrustée dans le fini du papier

L’élément de fusion (Fuser assembly) des presses numériques, servant à chauffer l’encre pour la faire adhérer à la feuille, s’use avec le temps au passage de grand nombre de feuilles x (grandeur inférieure) laissant une marque sur le papier y (grandeur supérieure) imprimé ensuite. Cette pièce doit être changée par l’opérateur ou son service de maintenance lorsque cette marque apparaît.

En conclusion, il est important de savoir que votre plus grande protection réside dans le fait d’avoir de l’imprimeur une épreuve de presse calibrée et conforme avant la production complète de votre document. Vous sauverez votre énergie, temps et argent.

 

 

Quelques liens utiles :

CSMOCGQ : Le vocabulaire de l’imprimerie

RICOH : Présentation papier

Adobe : Exporter au format PDF